Centre du Patrimoine de la Facture Instrumentale
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » QUI SOMMES NOUS ? » Qu’en dit la presse ? » TOUT EST AFFAIRE DE REGARD
samedi 6 septembre 2008, par Bernard
Enregistrez l'article : Enregistrer au format PDF
TOUT EST AFFAIRE DE REGARD

Des spécialistes, des collections, des démarches

Patrimoine, Passion, Pédagogie

Le dispositif des classes à PAC a fait exploser les demandes d’écoles, de collèges et de lycées en direction du CPFI : le bouche à oreille explique ce succès. L’originalité de l’approche très empirique de la musique, avec des instruments authentiques, et par des spécialistes très pointus et portés par la passion de faire partager, renouvelle les propositions pédagogiques autour de la musique.

Des instruments à la portée de tous

La facture instrumentale n’aborde pas directement la musique. Elle s’intéresse d’abord à l’amont de l’objet sonore, de la nature à l’instrument, à l’émergence, à la construction, aux matériaux, aux gestes techniques. Cependant, on ne peut parler de facture, de lutherie sans parler aussi des musiciens, de la musique, des lieux et des occasions où les instruments sont joués. C’est donc une approche éminemment pluridisciplinaire, au carrefour de la géographie, de l’histoire, de la physique mais aussi de l’étymologie, de la zoologie et de la botanique, de l’esthétique et de la musique.... qui est proposée par le CPFI. Les intervenants se définissent eux-mêmes comme des "spécialistes du regard ethnographique sur la musique et plus particulièrement la fabrication des objets sonores". Mais ce sont avant tout des passionnés, des curieux, des gens qui cherchent à communiquer vraiment avec les créateurs d’instruments et de musiques du monde entier mais aussi avec leur public, les quartiers et en particulier les enfants, les jeunes, les scolaires.

Des recherches

La pédagogie est un axe fort du CPFI, dont les vocations sont multiples. L’instrumentarium est riche de trois mille objets, issus à la fois de ses propres travaux de collecte et de la collection de la ville de Paris, qui est logée là par convention depuis 1997. Il bénéficie d’un inventaire précis et de travaux de restauration programmés, respectueux des techniques du pays d’origine. Les équipes du CPFI vont aussi sur le terrain et réalisent des films documentaires et des reportages photographiques sur la fabrication d’instruments, recueillent des écrits et étudient l’évolution des instruments dans le contexte de leur pays. Elles se procurent aussi des matériaux et des instruments de fabrication. Le CPFI s’associe à des projets de la ville et du conseil général. Actuellement, il recueille dans les différentes communautés de la communauté urbaine tout ce qui concerne les liens avec la musique du pays d’origine : instruments apportés, airs, chansons, ancêtres musiciens ou artisans, pratiques actuelles Une autre action vise à la restitution des instruments des "Anges musiciens" représentés sur une fresque dans la cathédrale du Mans... Tout ce qui est collecté est mis à la disposition du public, dans les salles de documentation, et sert pour les expositions et les actions du CPFI. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un musée : les instruments sont (presque tous) accessibles, peuvent être touchés manipulés... Et, dans toutes les actions, le centre a la volonté de faire connaître ce qu’il découvre, comment il le fait. Ainsi, sur le projet des "Anges musiciens", des classes de cinquième pourraient parrainer chacune le travail autour d’un instrument du quatorzième siècle et suivre tout le travail. On est là au lien le plus étroit entre la recherche et la mise à disposition éclairée.