Centre du Patrimoine de la Facture Instrumentale
Aujourd'hui, nous sommes le :
samedi 6 septembre 2008, par Bernard
Enregistrez l'article : Enregistrer au format PDF
EN AVANT, LA MUSIQUE !

En milieu rural, faire vivre la musique

Pour ses cent cinquante élèves répartis en six classes, l’école de Marigné-Laillé propose chaque année une palette d’activités artistiques et culturelles. C’est en effet, pour la majorité des enfants, surtout très jeunes, la seule occasion de rencontrer une oeuvre un artiste, de s’essayer à une réalisation. Sans être vraiment loin de tout, le village leur offre peu de possibilités d’ouverture.

Cette petite école a toujours développé des projets culturels : dans un milieu rural où les sollicitations artistiques et culturelles ne sont guère nombreuses, les enseignantes font entrer la culture dans l’école, dans la vie des enfants et donc dans celle des familles. Ainsi l’an dernier, se sont succédés un conteur local, un plasticien avec qui les élèves ont réalisé une fresque, un professeur de musique bénévole avec qui ils se sont initiés et ont produit, sur des structures sonores Baschet, un ensemble de percussions variées et de quelques autres instruments, mis à disposition par le conseiller pédagogique de la circonscription.

Une classe à PAC dans la continuité

C’est (presque) tout naturellement que l’une des enseignantes s’est emparée de l’opportunité des classes a PAC pour donner plus d’ampleur à une de ses actions. Le conseiller pédagogique a su la convaincre. Intéressée par la musique, ayant suivi la formation de direction de chorale d’école, chantant elle-même dans une chorale, elle connaît le solfège, mais ne pratique aucun instrument. Elle a hésité à se lancer dans l’aventure, malgré une expérience déjà grande d’activités musicales, menées dans les différents niveaux. Néanmoins, après un échange avec une collègue du Mans qui avait déjà travaillé avec le CPFI et qui était décidée à mener un projet autour de la construction d’un instrument, elle a rédigé le sien. Il s’adresserait à une classe de CP de seize élèves, regroupés avec des CE1. Cette classe avait cette année-là manifesté beaucoup d’intérêt pour les activités musicales menées tout au long de l’année et, particulièrement, avec les structures Baschet. Les deux enseignantes sont d’ailleurs restées en relation et échangent régulièrement sur les activités qu’elles mettent en place. Bien qu’ayant des niveaux différents, elles bénéficient du même intervenant, dans deux projets proches, ce qui permet des réflexions communes.

Un projet global

Il s’agit bien d’un projet global en musique. Chaque semaine, plusieurs activités sont proposées aux élèves : il s’agit de faire écouter, de faire parler, de faire chanter, de faire jouer de la musique... Les activités sont diverses, mais régulières, et visent des objectifs précis en motricité, en discrimination, en attention. Les élèves sont amenés à une écoute active, avec chaque fois une consigne qui concerne un axe : la structure (les reprises, les ruptures...) ou le matériau sonore (des voix, des instruments, lesquels, combien ?), le tempo... Le duo des Chats de Rossini a ainsi amené les élèves à répondre aux questions sur les interprètes : des chats ? des chanteurs ? homme ? femme ? combien ? chantent-ils ensemble ? séparément ? sont-ils calmes, énervés ? d’accord entre eux, fâchés ? Puis les élèves ont eux-mêmes chanté des "miaous" de femelle, de chat en colère, des duos variés. L’audition, une fois par semaine au moins, est élargie au monde entier, à tous les types de musiques. Parfois l’écoute est donnée pour elle-même. Le plus souvent, elle est suivie d’un temps d’échange plus ou moins long suivant les réactions, les questions que suscite l’extrait. Les danses folkloriques permettent aussi de parler d’autres musiques, avec un autre statut... Le lundi matin, les élèves bénéficient d’une séance avec les instruments. Des séances se succèdent sur le rythme, sur la pulsation, sur l’intensité, sur le son lui-même. Qu’entend-on ? quel son nouveau ? peut-on reproduire ce rythme ? (voir ci-dessous la fiche pédagogique). Cette séance de trois quarts d’heure peut aussi se conclure par une production collective. Souvent, l’activité est menée par demi-groupes : l’un joue, l’autre écoute, observe. Parfois, certains peuvent tenir le rôle de chef d’orchestre. Tous doivent respecter les règles de départ, d’arrêt, le rythme, être prêts pour les reprises... Un apprentissage de la concentration, de la précision du geste dans le temps et l’espace. Ceux qui ont écouté, regardé, "évaluent" la prestation de leurs camarades et savent très bien repérer les dysfonctionnements de tous ordres.