Centre du Patrimoine de la Facture Instrumentale
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » EXPOSITIONS » LES INSTRUMENTS POPULAIRES EN HONGRIE
samedi 23 avril 2011, par Bernard
Enregistrez l'article : Enregistrer au format PDF
LES INSTRUMENTS POPULAIRES EN HONGRIE
Expo en collaboration avec Festival de l’Epau au CPFI entre le 20 et 30 Mai 2011

Exposition sur les instruments de musique traditionnels hongrois et la musique de Bela Bartok entre le 20 Mai et le 30 Mai 2011 au CPFI !
ouvert de 14 à 18h, entrée gratuite (au chapeau)

Cette exposition vous invite à un voyage au cœur de la musique traditionnelle hongroise par des rencontres conviviales avec des facteurs d’instruments. Leurs gestes précis et la musique envoûtante du ütögardon (violoncelle à percussion), de la furulya (flûte droite), de la duda (cornemuse), de la citera (cithare) et de la tekerö (vielle à roue) nous sont transmis par des panneaux pédagogiques, des documents vidéos et sonores originaux ainsi que par les instruments eux-mêmes et des éléments de décor.

Cette exposition, créée dans le cadre des Carnets de Voyages du CPFI, rend compte de la richesse des traditions musicales hongroises dans l’espoir de les partager.

Fruit de trois missions de collecte, l’exposition « les instruments populaires en Hongrie » donne à découvrir l’expérience d’un luthier français à la recherche des explications techniques et des histoires humaines qui entourent son sujet. Dans un style intimiste, l’auteur capte notre attention en faisant appel aux mythes, contes et traditions hongroises ainsi qu’à la « magie des rencontres » qu’il a vécu avec ses homologues en Hongrie.

Images évocatrices des atmosphères, descriptions pédagogiques des instruments, témoignages directs de leur fabrication, confèrent à l’ensemble une haute qualité.

« Parler du plaisir des rencontres que ce travail nous a procuré serait trop partiel pour transmettre les émotions ressenties.

Ne parler que de notre approche des facteurs d’instruments le serait aussi, car la connaissance des matériaux employés, des savoir-faire, de l’évolution des instruments, ne serait rien sans les hommes et les femmes qui nous ont permis d’y accéder.

A ce titre nous devons leur rendre hommage »